Bienvenu sur le site de ADENYA

Featured

ADENYAl’ Association pour le Développement de Nyabimata, est une association locale et rurale sans but lucratif de droit Rwandais.

ADENYA intervient principalement dans la province du SUD. Ses actions actuelles s’étendent sur le  District de Nyaruguru, Nyamagabe, Huye et Gisagara. Continue reading

ACTUALITES DU MOIS DES SEPTEMBRE 2014

PPMDA: Identification des actions pilotes dans de lutte contre la malnutrition et l’insécurité alimentaire Dans le cadre du « Projet de Participation des Ménages au Développement Agricole et de nutrition « PPMDA  » réalisé dans les districts de Huye et Nyaruguru, Province du Sud ; il a été organisé au niveau de chaque Secteur ciblé, des ateliers d’analyse des problématiques rencontrées sur les territoires ciblés et identification des solutions en matière de prévention de la malnutrition organisée auprès des bénéficiaires du projet. Ces ateliers ont été animées par un modérateur externe en l’occurrence Monsieur GASIMBA  François Xavier. Au niveau de chaque Secteur, l’atelier a pris 2 journées et il était invité: 20 représentants des groupements paysans/structures féminines  2 représentants des autorités des Secteurs, 2 représentants des centres de santé, 2 représentas des écoles 2 Représentantes du Conseil National des Femmes et 2 Leaders d’opinions. Dans la zone d’ADENYA constituée par les Secteurs de Nyabimata, Kivu et Muganza;  ces ateliers ont eu lieu respectivement en date du 09-10, 11-12 et du 16 au 17 Septembre 2014. Au total 87/90 personnes invitées dont 56 femmes ont bien répondu à l’invitation et en général, leur participation active a été appréciée. Telle que c’était l’objet de ces ateliers, des actions pilotes identifiées au niveau de chaque Secteurs se présentent comme suit: NYABIMATA: « Agriculture de champignons » KIVU: « Champs de bonne nutrition » dans lequel, il y aura des légumes et des champignons et des fruits. MUGANZA: La « Cuisine scolaire »  qui consiste à la fourniture d’aliments nutritifs par les parents tels que les choux, les carottes, aubergines, maïs, patates douces… à la cuisine aux établissements scolaires. Les membres de l’équipe du projet dont le volontaire, les animateurs, la nutritionniste et les coordinateurs du projet étaient aussi présents afin de suivre tout le processus et de donner au cas de besoin des conseils et éclaircissements éventuels. Avant la mise en œuvre de ces actions pilotes, il est envisagé d’organiser des réunions de planification de la mise en œuvre de ces actions au niveau de chaque Secteur du 20 au 24 Octobre et une réunion inter secteurs qui aura lieu à Huye en date du 31 Octobre 2014 afin de partager les propositions venant de secteur par secteur et de les valider ensemble.

LE  CENTRE  SEMENCIER  MUGASE: L’année agricole 2013-2014 cède la place à celle de 2014-2015.

Comme  dans  tous  les cas, le centre semencier Mugase vient  de  clôturer  l’année agricole  exercice 2013-2014 ; et démarrer l’année suivante  2014-2015 englobant les deux saison culturale A et B en commençant. Dans l’ensemble  des résultats obtenus pour l’année agricole 2013-2014 sont encourageants; au total  178.427kg de pomme de terre sont récoltées sur une superficie de 12.8 Ha, dont 120.168kg de semences et  58.259 kg de consommation. En  comparaison avec l’objectif qu’on s’était fixé avec lequel on devrait atteindre 160.000kg de semences au cours de cet année; la réussite du centre en semences de  qualité et certifiées par les  instances habilité de  l’état est  à 75% et toute la production a été  afin diffusée  auprès de pas mal d’agriculteurs. Avec l’année agricole 2014-2015 qui démarre avec  la saison  culturale  2015A; le centre en soit  a  pu  couvrir 6Ha qui vont généré   environ 80t de semences de qualité pouvant servir  à la prochaine saison culturale 2015B. A ceux qui concerne la diffusion auprès des agriculteurs; le centre  a mis  à la disposition de ces derniers 30.240 kg  de  semences qui sont répartis  et  distribuées dans tous du District de Nyaruguru. En  général, il a été constaté que les agriculteurs  ont  besoin  d’assez  de semences de qualité pendant  la saison A. Raison pour  laquelle,  le centre Mugase envisage de fournir beaucoup d’ efforts au cours de la saison  culturale 2015B afin de produire plus de semences et  de répondre favorablement et à temps, à leurs demande.

PPIMA : Sensibilisations sur la décentralisation et sur l’EDPRS II.

 Dans le cadre du projet PPIMA, en dehors des activités de la CMCC, une nouvelle activité de sensibilisation des citoyens sur la décentralisation et sur l’EDPRS II a été réalisée dans les cinq secteurs d’intervention du dit projet. La sensibilisation sur la décentralisation a été réalisée dans les secteurs de Munini et Busanze. C’était dans le cadre d’informer les citoyens sur certaines politiques nationales. Ainsi, les différentes phases de la décentralisation  ont été expliquées auprès des paysans des cellules de Ngarurira, Nyarure, Runyombyi et Shororo, alors l’EDPRS II a  été présenté et expliquée auprès des citoyens de dix cellules de Ngarurira, Nyarure, Runyombyi, Shororo, Nyabimata, Mishungero, Muganza, Samiyonga, Uwumusebeya et Kabere. Ces citoyens ont beaucoup apprécié et admire des explications reçues d’où la promesse de leur participation afin qu’elle soit  bien mis en application dans leurs territoires respectives.  Au total, 5618 personnes  dont  2.986femmes et 2.632hommes ont participés dans la sensibilisation sur l’EDPRS II. Cette sensibilisation a portée sur les 4 piliers de transformation économique que sont la promotion du monde rural, l’amélioration du rendement, la création des travaux pour la jeunesse et le  renforcement de la  bonne gouvernance. Quant à la sensibilisation des citoyens des secteurs de Munini et Busanze sur la décentralisation, on a eu au total 2.269 participants dont 1.480 femmes et 769 hommes. Ils ont été informés qu’on est  dans la troisième phase de décentralisation qui date de 2011-2015. La population a été sensibilisé, mobilisée et incitée à jouer un rôle important afin que toute politique nationale soit bien  pour leurs propres intérêts.

RUHERU-NYABIMATA: Une pluie torrentielle et exceptionnelle

Avec la mois de Septembre 2014, la Saison pluvieuse s’annonce avec une pluie torrentielle qui cause pas mal de  dégâts tant matériels qu’humains dans certains secteurs de Nyaruguru en particulier dans ceux de RUHERU et NYABIMATA. D’habitude, au cours du mois de Septembre c’est-à-dire  après la grande saison sèche, on a une pluie assez abondante qui permet aux agriculteurs d’entamer la saison A. Cependant; au cours du mois de Septembre, cette saison culturale a démarré avec la pluie exceptionnelle, car, en date du 19/09/2014 celle-ci était accompagnée par le vent violant et par assez de grêle et elle a ravagé une si grande superficie des plantations de thé et de pomme de terre avec une perte de vie humaine. D’après des informations recueillies auprès des témoins oculaires, une dame du nom de SANGANIRO Emilienne  de secteur RUHERU a été électrocutée par un coup de foudre et l’enfant qu’elle portait sur le dos a été tué sur le champ. La maman qui a été directement acheminée vers le Centre de Santé de Ruheru a repris connaissance et a regagné son domicile. D’autres informations venant de l’usine à thé de Nshili-Kivu, est que la pluie et grêle du 19/09/2014 a ravagé presque 80% de la production qu’on s’attendait au cours du mois de Septembre. On a dû même stopper temporairement  des activités de récolte et par conséquent, la main d’œuvre occasionnelle s’est retrouvée en chômage technique. Cette forte pluie n’a pas épargné les champs de cultures vivrières de la population. Car, en général et les cultures qui étaient dans les bas fond ont été endommagées par des petites rivières et ruisseaux qui ont surplombé leurs rives, créant ainsi des nappes d’eaux dans les champs. Cela signifie que la récolte de la saison culturale C qu’on attendait soit pour la pomme de terre, le haricots, les choux,… ne sera pas si bonne suite a cette inondation. Espérons que ce genre de pluie ne va pas continuer ainsi, si non  c’est le début de la famine.

 Munini: Un homme poursuivi  pour la tentative de meurtre  

 Dans la soirée du 23 Octobre 2014 un homme du nom de IYAMUREMYE Daniel, surnommé  Shyimbikora  habitant du village de Rushubi, cellule de Ngeri, Secteur Munini, district  de Nyaruguru  avait tenté de tuer sa femme. Etant donné qu’il venait dans un cabaret selon sa défense, il était devenu ivre. Par erreur, au moment ou il allait poignarder sa femme, il a  gravement blessé sa  fille Florence Yankurije âgée de 17 ans croyant que c’est sa femme avec laquelle on avait un conflit. Comment l’affaire s’est déroulée? Le pauvre Iyamuremye qui venait dans un cabaret étant ivre, arrivant à la maison, il s’est rendu dans la chambre où il croyait que c’est la où s’endormis sa femme afin de lui poignarder or il y avait sa fille. Il l’a poignardé et l’a gravement blessée . Finalement il a été arrête et détenu dans le cachot de la station de la police de Munini. Il a plaidé coupable devant la police judicaire disant qu’il a été motivé par la bière qu’il avait consommée. Ces informations ont été  confirmées par le chef d’investigation dans  le district  de Nyaruguru (DJPO) I P  GAHONGAYIRE Corneille  qui disait que la cause principale de cet acte ignoble  est que la femme avait récolté la banane sans l’autorisation de son mari. Une fois que cet infraction sera imputé à IYAMUREMYE, il sera puni sur base des articles 27,30 et 140 de la loi organique N° 01/2012/OL du 02/05/2012 portant code pénal. L’article 27 prévoyant que  « La tentative est punissable lorsque la  résolution de commettre une infraction a été  manifestée par des actes extérieurs  non  équivoques, constituant le commencement  de la commission de l’infraction, ayant pour objectif de favoriser  sa consommation et ayant suspendus ou empêchés par des circonstances indépendantes de la volonté de l’auteur » L’article 28 de la même loi  prévoit que «  La tentative est punissable même si le but  recherché n’est  pas  atteint en raison d’une circonstance de fait ignorée par l’auteur ». D’où la peine applicable est celle prévue par l’article 140 du code pénal d’un   emprisonnement à perpétuité.

 Nyabimata : Quel méchanceté!

 En date du 11/09/2013 une jeune fille du nom de  AHISHAKIYE , âgée de 13 ans était restée à la maison. Ses parents lui avait donné des denrées alimentaires à préparer afin de nourrir ses petits frères et sœurs. D’autres petits enfants de l’entourage dont sa cousine du nom de NIYONKURU étaient venus pour jouer avec eux. Au moment où le repas était prêt, AHISHAKIYE a fait savoir  à ses voisins qu’ils auront de quoi à manger à condition qu’ils apprennent comment on peut se suicider par pendaison. Elle s’est servie d’une ficelle  en étoffe pour montrer à ces enfants comment on peut le faire. Le premier et le deuxième enfant ont été suspendus volontairement et après quelques minutes de souffrances la fille intervenait pour les secourir. Le troisième enfant qui était réellement sa cousine a fait de même. La fille est intervenue tardivement au moment où le patient avait déjà commencé à présenter les signes de la mort. Ainsi, elle a eu peur et pour cela, elle n’a pas pu le faire descendre comme elle avait fait pour les deux premiers. Heureusement, les autres qui étaient là ont lancer des cris d’alarmes pour demander au secours. Le premier intervenant a pu faire descendre le patient, mais l’enfant était presqu’à la mort. Lui aussi, a eu peur et au moment où il se demandait de quoi à faire, il  constata que l’enfant était encore en vie et s’occupa de lui. Du fait que les deux enfants étaient des cousins, les parents ont essayé de régler l’affaire à l’amiable.

ACTUALITS DU MOIS D’AOUT 2014

C. Semencier Mugase: La saison culturale 2014 B a été clôturée

Le  centre  semencier  Mugase  vient de clôturer  la deuxième  saison  culturale 2014 B.

4,5 hectares de la culture de Pomme de terre et 6hectares de  blé ont été récoltés.

Quant à la culture de la pomme de terre, la production  n’a pas été si bonne tel qu’on le souhaitait, suite aux irrégularités climatiques et  autres facteurs  liés à  la dégradation des sols. Au total 50t dont 32t de semences ont été récoltés; c’est à dire que la productivité est d’environ 12t/Ha. Ainsi, nous n’avons pas pu satisfaire les besoins en semences des agriculteurs pour la saison 2015A.

Pour la culture de blé, il est à noter que  cette   culture intervient  pendant les moments difficiles économiquement, causés très souvent par la grande saison sèche. Ce qui est intéressant pour la saison 2014B, c’est que la récolte de cette saison a été si agréable; vu le rendement réalisée  de  1 à 2t/Ha comparativement aux années antérieures de 2013  et  2012. Cela signifie que dans les années à venir, on pourra atteindre l’ objectif  2.5-3 T /Ha.

 

Ferme Ecole de Rutiti: Les  jardins potagers ont été endommagés par la grêle

 

Normalement le mois d’Aout est l’un des mois faisant partie de la grande saison sèche. Quelques fois il peut y avoir un peu de pluie dénommée IMPUNGIRAMIRARA et ou INSINDAGIRABIGEGA en Kinyarwanda. Au cours de cet année, le mois d’Aout a été caractérisé par la pluie abondante depuis la deuxième quinzaine du mois et on croyait que c’était le début de la petite saison de pluie. La pluie qui est tombée en date du 29 Aôut 2014 était accompagnée par la grêle qui a tellement endommagé  les champs écoles des légumes  de Rutiti. Les choux, les tomates, les carottes et autres légumes ont été complètement abimés. Par conséquent, la production que nous prévoyions ne pourra pas être  atteinte.

Comptoir de vente de Nyabimata: La commercialisation des Œufs n’est plus un problème

Il y a quelques mois, la commercialisation de la production des œufs des poules pondeuses que ce soit d’ADENYA et ou des éleveurs était un problème épineux. Le marché local était tellement saturée et une partie de la production était quelque fois et difficilement acheminée et vendue à Huye auprès des hôtels et détaillants.

Avant; les œufs se transportaient dans les minibus qui transportaient également les passagers. Suite à l’interdiction par la Police,  le problème d’écoulement  est devenu sérieux de façon qu’une fois,   le stock est arrivé à 13.000 œufs. Au moment oû on envisageait de louer  un véhicule, des négociations avec les clients  de HUYE se sont poursuivies et ont abouti à  de bons résultants. Etant donné l’appréciation positive de la qualité des œufs produits par la Ferme école de Rutiti et celle des éleveurs de Muganza et Nyabimata,   ils se sont eux-mêmes organisés pour louer leur propre véhicule et avec le mois d’Aout 2014; ils ont commencé à venir s’approvisionner à Nyabimata. Conséquemment, le prix d’un œuf a augmenté de 65frw à 68frw suite aux autres charges non couvertes, telles que les frais de transport, de déchargement, etc.AMAGI

AJIC: A District dialogue Forum to justice was organized by ADENYA

 

In partnership of Nyaruguru District with support of  Norwegian people’s aid (NPA), trough it’s project PPIMA in it’s component of legal service headed by Anti-corruption Justice and Information Center (AJIC) which has a mission of fighting against corruption and social injustice in order to promote justice to all, a sharing meeting aimed at presenting cases that overcoming to AJIC and how impact a Principe  of  Access to Justice, was organized by ADENYA on 28th .August.2014.PHOTO 3

The dialogue was introduced by Vice president of ADENYA Mr HABIYAMBERE J. Damascène who explained why ADENYA decided to prepare the kind of dialogue as mentioned early.

AJIC Coordinator and AJIC Ass Coordinator presented the overcoming cases, basing on statistic and the three top are the following;

•Judicial cases (Court fees, EFS)

•Non execution of court judgments and it’s negative effects

•Service delivery in cells as well as Sector and little bit at District level

In his speech, Mayor of Nyaruguru District who were the guest of the honor,  has to give orientation  on some  presented cases especially about non-execution of court judgments and service delivery  recommended to take into consideration what AJIC suggested, like to execute the court judgments on time  and to provide good services to the citizens and reminded them that  failing to fulfill the assigned obligations will not be tolerable.

District Police Officer (DPC) to support what Mayor said, he promised the non professional court bailiff the full security when executing judgments demanded only to inform Police the date proposed to execute and police is ready to provide Police officer and even DASSO for accompaniment.

About Judicial cases, President of Intermediate court of Nyamagabe agreed that court fees are really  high but nothing to change other than advancing advocacy  and provide on time without fraud the so called ”Icyemezo cy’ubukene” (Exonerated to pay court fees) available to the citizen who fall in 1st  and 2nd category of Ubudehe.

About EFS (Electronic filing system) the president emphasized that this software was coming to help those who want to file their complaints to court while they are living  far from the court office not compulsory as many court registers confused.

Remind that this dialogue was participated by one hundred and twenty(120)persons                        from different institutions who are connected  to Justice like RNP,MAJ, Judges, Court Registers, Civil status and notaries of  all Nyaruguru sectors, Non-professional court bailiffs (E/S of cells) Etc.

C.S. NYABIMATA: Les champignons dans le lutte contre la malnutrition

 

Le Secteur Nyabimata  a connu un problème de la malnutrition surtout pour les enfants de moins de cinq ans. C’est à partir de ce problème que le District de Nyaruguru sous l’appui de CONCERN WORLD WIDE  a introduit la culture des champignons comme un aliment très riche en nutriment qui peut contribuer à l’éradication de cette maladie.

Dans le secteur Nyabimata, les champignons ont été cultivé par la coopérative URUMURI Nyabimata dont les membres sont appelés « Mamans Lumières » provenant de tous les villages de Secteur Nyabimata sous l’appui de CONCERN. Ces mamans lumières sont encadrées par le centre de santé Nyabimata depuis Janvier 2011 jusqu’à nos jour. Les tubes des champignons qu’ils ont cultivés ont été fournis par CONCERN WORLD WIDE. Au début, la coopérative était capable de   cultiver 300 tubes des champignons alors qu’au jour d’hui, elle arrive à cultiver 950 tubes des champignons.

Concernant leur importance, les champignons sont  étonnamment nutritifs, fournissant plusieurs minéraux et vitamines, dont le cuivre, le sélénium, les vitamines B2 et B3, l’acide pantothénique et la vitamine D. Ils sont plus riches en protéine de façons qu’ils contiennent deux fois que la viande. Dans la vie humaine, les champignons jouent un grand rôle dans le développement moteur du cerveau, permet d’avoir l’appétit et sont très  bénéfiques pour la santé intestinale, la bonne digestion.

ls agissent comme traitement des veines et enfin, la consommation des champignons peut contribuer dans la lutter contre le vieillissement. Pour les agriculteurs, les champignons deviennent un projet générateur des revenus pouvant servir dans la résolution d’autres problèmes familiaux, car un seul kilogramme ne coute que coûte 1000Frw.

En guise de conclusion, les champignons sont à moindre coût et ne demande pas beaucoup d’intelligence pour pouvoir les cultiver et sont plus importants dans la vie humaine raison pour laquelle nous conseillons très souvent pas mal de ménages, de cultiver les champignons non venimeux comme aliments de chaque repas.

ls agissent comme traitement des veines et enfin, la consommation des champignons peut contribuer dans la lutter contre le vieillissement. Pour les agriculteurs, les champignons deviennent un projet générateur des revenus pouvant servir dans la résolution d’autres problèmes familiaux, car un seul kilogramme ne coute que coûte 1000Frw.

En guise de conclusion, les champignons sont à moindre coût et ne demande pas beaucoup d’intelligence pour pouvoir les cultiver et sont plus importants dans la vie humaine raison pour laquelle nous conseillons très souvent pas mal de ménages, de cultiver les champignons non venimeux comme aliments de chaque repas.

 

Était-elle une tentative de se suicider ou fausse accusation de sa femme?

 

C’est en date du 15 Aôut 2014 qu’une dame du nom de SIMUVUZE NZAMUVUMBA, résidant dans le Village de Rwerere, Cellule Nyabimata, Secteur Nyabimata avait fait appel aux autorités de cellule et de Secteur sous prétexte que son mari allait se suspendre.

A cette date vers 21h00,  le pauvre homme qui rentrait chez lui, a été accueilli par une forte colère de sa femme qui le soupçonnait d’avoir été avec une autre femme, faisant suite à ce  qu’il rentrait un peu tard.

 

Après plusieurs échanges et disputes sur ce sujet,  l’homme a pris la décision de quitter la chambre à coucher afin de passer la nuit dans l’autre chambre d’à coté et d’éviter qu’il y ait des combats.

Vu cela, la dame a directement pensé que son mari allait se suicider à cause de ces querelles. Elle a fait appel aux membres de la famille de son marie qui ont finalement  refusé de venir voir ce qui s’était passé. Ils lui ont conseillé d’aller faire recours au chef  du village et au chargé de la sécurité. De retours, ensemble avec les autorités du village, ils se sont rencontré avec le Secrétaire exécutif de secteur  qui les a accompagnés.

Arrivant à la maison, l’homme était au lit et ils lui ont réveillé afin de lui interroger sur ce qui lui était arrivée. Lui avec sa femme ont été conduit vers le bureau de secteur, là où l’homme a passé la nuit après la libération de sa femme qui devrait rejoindre les enfants.

Malgré les accusations de la femme qui stipulaient que son mari allait se suspendre;  les investigations ont prouvé que ce n’étaient que des mensonges. Cela se justifie par le fait que, s’il avait l’envie de mettre fin à sa vie; il aurait du le faire au moment où la femme se précipitait pour aller informer les membres de famille et de faire appel aux autorités locales car elle l’avait laisse seul dans la maison.

Jusqu’à maintenant, on ne sait pas ce qui avait incité la femme à dire que son marie allait se suicider.

 

Nyabimata-Muganza : Ils se réjouissent des frais     d’expropriation

 

C’est à partir de l’année 2009 que les secteurs de Nyabimata et Muganza ont été connectés à la ligne électrique. Avant la construction de cette ligne, il devrait y avoir l’expropriation de la population. Pour la première phase en rapport avec la construction de la ligne Ndago-Munini-Muganza-Nyabimata-Projet Théicole Nshili Kivu; les frais d’expropriation avaient été payés tendis que pour la deuxième phase en rapport avec la construction de la ligne Nyabimata-Bigugu-Mazimeru, les frais d’expropriation n’étaient pas encore payés   il y a environ 5 ans. Récemment, plus précisément en date du 2/07/2014, pas mal de gens ont entendu que  l’argent avait été déposé dans les Coopératives d’épargne et de crédit « SACCOs » y compris le SACCO UKURI NYABIMATA. Cette argent a été vire dans les SACCO Après qu’il y avait eu la décompte finale des indemnités dus par la ORTPN suite aux dommages causés par les animaux   provenant de la Parc National de Nyungwe. Du fait qu’il n’y avait pas de listes justifiant l’objet de cet argent, il y a eu la confusion entre la population qui attendait les frais d’expropriation et celle qui attendait les frais de dommages de leurs biens.

Il a fallu l’intervention du secrétaire exécutif de secteur Nyabimata afin de lever cette confusion et de  trouver les listes des vrais bénéficiaires de ces fonds déposés au compte de la dite SACCO UKURI NYABIMATA. Finalement, il a été constaté qu’il s’agissait des frais d’expropriation mais malheureusement, il y a eu ceux qui ne se sont pas trouvé sur la liste et qui nécessitent le plaidoyer afin de    bénéficier de leurs indemnités.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ACTUALITES DU MOIS DE JUIN 2014

PPMDA: UN VOYAGE D’ETUDES POUR LES    BENEFICIAIRES

Dans le cadre de renforcement des capacités des bénéficiaires  du projet PPMDA à travers les échanges d’expériences, il a été réalisé  en date du 12 au 13 Juin 2014 un voyage d’études dans d’autres région du pays.  Les participants étaient constitués par 17 personnes 8 femmes et 9 Hommes représentant des trois groupements économiques entre autres le groupement d’éleveurs de porcs (9 personnes), le groupement d’éleveurs de lapins (4 personnes) et celui d’éleveurs de Poules pondeuses (3 personnes) de la Zone de Nyaruguru Ouest. Ils étaient accompagnés par le coordinateur du projet dans cette zone.

A Rulindo dans la province du Nord, ils ont visité deux éleveurs de poules pondeuses ayant en même temps un petit élevage de porcs de races améliorée (Piétrain et Landrass).

Le lendemain, on a visité deux éleveurs de Porcs un de Secteur de Rusororo un autre de Secteur de Jabana dans le District de Gasabo. On a également visité Madame Mukakagame une éleveur de lapins.

Les participants ont appris par des expériences des autres que l’élevage de poules pondeuses, de porcs   et de lapins est un bon projet qui procure a l’éleveur engagé des revenus dans le plus bref délai  et qui ne coute pas trop cher en terme de temps.  Lors de l’évaluation de ce voyage d’études,  les participants l’ ont beaucoup apprécié  et ont manifesté leur satisfaction et envie d’amélioration de leur élevage familial en commença par l’amélioration des étables et de l’hygiène et de l’alimentation.

EN SUBISSANT DE VIOL, ELLE A PERDU SON ENFANT

C’est en date du 20 Juin 2014 qu’une fille mère du nom de MUKAMANA Jeannette fille NIKOBATUYE Zacharie et de MUKAMUSONI Séraphine habitant de secteur  Nyabimata, cellule Kabere, District de Nyaruguru, a perdu son  petit enfant au moment où elle subissait de viol.

Cette fille mère qui s’était rendu au marché de Ruheru, avait partagé de la bière avec un certain GAHAMANYI Théogène Fils de RUTIKANGA Simon et de NIYIRORA Annonciata  Habitant de la cellule de Kabere, Village de Uwigisura secteur de Ruheru jusqu’à la tombée de la nuit. Entretemps le jeune homme avait tenté de faire l’amour avec la fille qui, n’avait pas d’envie. En un certain moment, elle s’est échappée clandestinement pour rentrer à la maison. Le jeune homme l’a poursuivi jusqu’à Mishungero, dans le village de Mishungero,  Il l’a directement pris par force et l’a fait tomber par terre afin de la violer. C’est à ce moment qu’ils sont tombés au dessus de l’enfant qu’elle portait sur le dos. Après cet ignoble acte de viol, le jeune homme s’est échappé et la fille s’est rendue dans une famille qui était proche pour l’informer de ce qui lui était arrivé. C’est à ce moment qu’elle s’ait rendu compte que son enfant était déjà mort. Elle a été directement amenée au Centre de santé de Nyabimata et le jeune homme a été appréhendé pour être emprisonner afin que l’enquête se poursuive pour que la justice soit rendue à la pauvre fille.

NYABIMATA EN ATTAQUES SPORADIQUES DES BANDITS

En date du 6 Juillet 2014, entre 22h00 et 23h00, un des centres de négoce de Nyabimata connu sous le nom de MPUZAMAHANGA, a été attaqué par des bandits. Ces derniers avaient pas mal d’armes tels que des sifflets, des pierres, des lances, des machettes, des marteaux … et ils portaient des sachets en plastique pour camoufler leurs visage. Arrivant là -bas; ils ont saccagé dans presque toutes les boutiques.  Au moment où ceux qui étaient  intervenus pour les empêcher  lançaient des cris d’alarmes, les bandits, eux aussi faisaient de la même façon. Pour cela, il n’y a personne qui a osé de les attaquer. Ils ont pillé sans avoir peur du fait que même les propriétaires étaient déjà partis. Vu comment la scène s’est déroulée, on pourra sans doute dire qu’il y avait de la complicité car, ce n’était pas compréhensible. Lancer des cris d’alarme sans avoir d’autres interventions alors que dans le milieu, il y a une multitude de téléphones qu’on pourra aussi se servir pour faire appel aux autorités et aux agents de sécurité pour qu’ils interviennent en nombre supérieur à celui des bandits

PPMDA: CONCOURS CULINAIRE DES BENEFICIAIRES DU PROJET

Dans le cadre du projet PPMDA, les renforcement des capacités des bénéficiaires du dit projet se font non seulement a travers les formations et voyages d’études mais aussi a travers les compétitions. Dans ce cadre il a a été préparé et organisé un concours culinaires des membres des groupements économiques et structures afin d’évaluer la mise en pratiques des acquis des formation en matière de préparation du repas équilibré.

Cette activité a été réalisé respectivement en date du 28, 29 et 30 Mai 2014 dans les  secteurs de Muganza , Nyabimata et Kivu en présences des autorités des Secteurs et des cellules dans lesquelles le projet intervient.photo mai 1

Les candidats étaient les femmes des ménages bénéficiaires et des associations identifiées. Les membres de ces structures ont choisi les candidats les  représentant et les personnes les plus vulnérables étaient plus privilégiées. Les prix ont été octroyé et selon les meilleurs. Aucun prix n’a été octroyé sous forme d’enveloppe financière ; il s’agissait du matériel de ménage.  Compte tenu de la participation selon les secteurs, Kivu arrive en premier lieu ave une participation de 5 autorités locales et 137 personne des organisations paysannes et les habitants du secteur, soit 142 personnes sans tenir compte des enfants qui étaient venus assister à l’événement. Muganza qui vient en deuxième lieu avaient une participation de  131 personnes dont 5 autorités locales et 126 personnes des organisations paysannes et habitants du secteur. Enfin le secteur de Nyabimata qui vient en troisième lieu comptait  111 personnes à raison de 4 des autorités locales et 107 personnes venant des organisations paysannes. Au total il a été enregistré 384  personnes en tout.

Cette activité a été appréciée par les autorités locales et la population en soi, car elle contribuait à sensibiliser en masse  sur la prévention de la malnutrition et la promotion de la sécurité alimentaire à l’usage des repas déjà préparés a base des produits vivriers produits localement. photo mai 2 Les participants au concours ont été demandes de jaillir comme lumière au sein de la communauté afin de lutter contre la malnutrition dans sa globalité.

Accusé de vol , il a été blessé par sa femmeEn date du 19 /05/2014, un home du nom de NGENZI Callixte a été gravement blessé à la machette par sa première femme. Cela a été dû par le faite que le pauvre homme avait été accusé d’avoir volé 60.000 Frw de sa femme. D’habitude, cette dernière se rendait chaque jour dans le Secteur de Muganza, afin de travailler comme une manœuvre au profit des autres pour trouver de quoi manger. Au fur et à mesure qu’elle gagnait un peu plus, elle épargnait une petite somme d’argent qu’elle gardait chez elle sans tenir compte de la nécessité d’avoir un compte en banque ou dans le SACCO Umurenge ;  jusqu’à ce qu’elle est arrivé à 60.000Frw.

Un jour,  son mari qui n’avait que deux femmes, une fois arrivé chez la première, a fouillé partout dans la maison jusqu’à ce qu’il est tombé sur une grande somme d’argent qu’il a directement volée sans laissé même une pièce de 100Frw. Il a progressivement bouffé cette argent avec sa deuxième femme à  l’insu de la première qui ; au moment où elle allait rehausser sa fortune, se rendant compte qu’il n’y avait rien. Elle s’est calmée afin d’attendre qu’il lui revienne un jour.

Entendu que rien n’a été soulevé, le pauvre homme retourna chez lui comme il le faisait avant sans savoir que sa femme et son fils s’étaient préparé pour l’attaquer. Quand la femme lui demanda de lui donner son argent disant qu’il n’y a personne d’autre qui l’a volé, l’homme commença à injurier sa femme tout en niant son implication. Ils ont commencé a se battre et la femme, appuyée par son fils a découpé son marie avec la machette de façon qu’il a été gravement blessé. Heureusement, les voisins qui avaient entendu le bruit de celui qui demandait au secours sont directement intervenus; si non il aurait dû être dans l’enfer. Ils l’ont emportée au Centre de santé de Nyabimata où il a été hospitalisé pendant quelques jours avant de regagner chez sa deuxième femme.

Elle a été tue après être violée

Pendant des  années, de  jour en  jour  on  parle de la violence basée sur  le sexe ; le  grand  nombre des victimes  sont  les  femmes et  les  filles de  toute  âge, même  s’ Il ya des  cas exceptionnels  chez  les hommes  et  garçons. En  soit, c’est une  action maudits car  il provoque des  meurtres  inexplicables. Voici  le cas  de ce mois de Mai 2014 :Une  petite fille de  14 ans  connue sous le nom d’UWIRAGIIYE Vestine , est allée  chercher  de bois de chauffage  dans la fôret  non  loin de chez  eux, alors que  sa maman  était allée au marché , dans le secteur  de Ruheru  cellule KABERE. En y Arrivant, elle a était attaquée  par  un  garçon de 22 ans qui s’appelle BAZAMBANZA. Ce méchant   garçon  à violé farouchement la petite  fille, et  en plus de ça, il l’a égorgé en utilisant sa sous  jupe.  Entre temps, la  maman  a attendue  son enfant  durant toute la nuit sans le trouver Le lendemain , elle a fait recours aux autorités et a la police qui ont directement commencé les enquêtes en collaboration avec la population. Ce criminel était  aussi avec  l’équipe, mais il tenté  de camoufler  les traces  en  disant: ‘non, ne passent par là-bas   car c’est moi  qui a creusé pour  y  chercher  de la tope’ alors qu’il l’avait tuée et l’enterrée  immédiatement a cet endroit. Le corps a été trouvé là bas, et le criminel  a été arrêté. Pour le moment il  est dans  les mains  de la  justice.

ACTUALITES DU MOIS D’AVRIL

LA DIFFUSION DE SEMENCES DE LA POMME DE TERRE  

Le  centre semencier Agase  se réjouie de ses bons résultats  de la production des semences pour la saison 2004 A,  ce  qui a contribué au respect  de mettre à temps au marché, la grande quantité de semences  bonne qualité  et bien germée de la pomme de terre. Comme c’est le principe d’aider les agriculteurs à  respecter les dates de plantation, pour la saison 2014 B,  nos semences étaient déjà  au marché à partir du  25 /01/2014.

Plus de 100 tonnes  de semences étaient  disponibles,  répartis  en 6 variétés diverses. Comme la saison B commence en  février, la moitié de cette production a était déjà écoulé  comme suit :

Bénéficiaires Nombre Qté de semences superficie
ménages 425 31. 853 KG 13 ha
Coopératives 4 8500 3ha
Centre 1 9000 KG 4 ha

De ces chiffres, nous pouvons dire que seulement 20  ha de champs semenciers de pomme de terre sont plantés au niveau de la région. Ainsi donc, nous pouvons estimer la production de semences attendu pour la saisons  2015 A à moins de 300tonnes de pommes de terre ;

Cependant, nous avons encore  dans nos magasin à Nyabimata et à Ndago( à 300 m du bureau du district de Nyaruguru), 50 tonnes de semences certifiés réservés à la saison  2004 C .

COMPTOIRE DE VENTE: LA VENTE D’ALIMENTS POUR BETAIL SE POURSUIVE

Comme ses dans ses perspectives, l’ADENYA continu a mettre a la proximité de la population les aliments pour bétail afin d’améliorer l’élevage familiale. Au cours du mois d’Avril, l’activité de vente d’aliment pour les poules pondeuses s’est poursuivie. Pour cela, les éleveurs des poules pondeuses des secteurs de Nyabimata, Kivu, Muganza et Ruheru se sont considérablement approvisionnés  au comptoir de vente d’ADENYA sise à Nyabimata. Les différentes matières premières  qu’on se sert pour faire le mélange nécessaire d’aliments pour ces poules sont entre autres les sons de maïs, le soja, les petits poissons, coquilles, tourteaux de cotons, le premix, D C P  ainsi que le sel. Au cours du mois d’Avril, il a été distribuées auprès 10.010kg d’aliments composés par 4.932 kg de sons de maïs, 2120 kg de tourteaux de coton, 1040kg de soja, 1040kg de petits poissons, 800kg de coquille, 22kg de premix, 20kg de D C P et 36kg du sel. Une grande partie de 5.253kg d’une valeur de 1.576.050frw a été achète par les éleveurs tendis qu’une autres partie de 4.495kg d’une valeur de 1.348.200frw a été consommée par les poules de la ferme école de Rutiti.

PROJET PPIMA :   AVANCEMENT  DES ACTIVITES DE LA CMCC DANS  LES SECTEURS DE  MUNINI ET  A BUSANZE

Le processus de la CMCC qui comprend 11 étapes consistant  à identifier et évaluer les services rendus aux citoyens par les autorités locales, à lever les obstacles éventuels, à mettre en place des solutions et planifier conjointement les améliorations à faire.

L’annee passée les deux secteurs de Munini n’avaient pas pu terminée la CMCC suite au contrainte du temps   insuffisant pour cette carte. Pour cette année-ci  on a relancée le processus afin de compléter cette carte  dans les deux secteurs ci-haut mentionnés.

Dans les secteurs de Munini et Busanze, les activités ont été débutées dès la  deuxième réunion pour graduer les indicateurs jusqu’à la deuxième réunion de face à face, où les citoyens et les autorités échangent les idées dans le but de voir ce qui a été changé dans qualité de services rendus  aux citoyens par les autorités locales depuis la première réunion de face à face.

C’est dans ce cadre qu’en date du 2/4/2014 et du 4/4/2014 que les dernières  réunions de face à face ont eu lieu dans les villages de Runyombyi et de Shororo pour arriver au bout d’une Carte Modifiée Cotée par les Citoyens (CMCC) d’une façon complète. Le directeur des infrastructures qui  avait participé dans ces réunions a promis aux citoyens de planifier dans l’année budgétaire 2014-2015   l’entretien des routes qui vont dans les villages de Rutabo et de la route Munini –Runyombyi  qui ont été identifiés comme un obstacle de communication  dans les cellules de Shororo et de Runyombyi. Dans les cellule de Nyarure le directeur des infrastructures a promis de continuer le plaidoyer pour que les citoyens des cellules de Ngarurira et de Nyarure accèdent à l’eau potable car c’était un problème prioritaire qu’ils ont soulevés.

 

SERVICE SOCIAL DU CENTRE DE SANTE NYABIMATA « INKONGORO Y’UMWANA » 

La stratégie de lutte contre la malnutrition chez les enfants de moins de 5 ans  appelée « inkongoro y’umwana” a commencé en Octobre 2013 sous l’appui du ministère de l’Administration locale (MINALOC). Cette stratégie consiste à donner du lait aux enfants mal nourris de moins de 5ans  pour faire la prévention  des  maladies causées par un repas non équilibre.

Pour le moment, au niveau du  District de NYARUGURU,  cette stratégie   est appliquée  dans tous les centres de santé, inclus le  inclus.

Au niveau du  centre de santé secteur de Nyabimata, la mise en pratique de cette stratégie a  commencé avec le mois d’Octobre 2013  avec  7enfants malnutris (3 filles et 4 garçons). Chaque enfant a droit à  un litre  de  lait frais  par jour jusqu’à la guérison.

Pour identifier  les enfants malnutris, on prend leurs mesures Anthropométriques (corporelles). Un enfant  de  périmètre brachial (P.B)   inférieur à 125mm ou 12,5cm est identifié comme  celui  qui une malnutrition aigüe modérée (de couleur jaune). Les enfants dont leurs   P.B sont inférieurs à  115mm ou 11.5cm  présentent  une malnutrition aigüe sévère (de couleur rouge).

Il y’a l’autre indicateur de poids par rapport à la taille (poids/taille) : Les enfants  qui ont une malnutrition aigüe modérée leur déviance standard(DS)  sont inférieur -2(< -2 SD) et  ceux qui ont   une malnutrition aigüe sévère leur déviance standard sont  -3DS (< -3 SD).

Parmi ces 7 enfants  qu’on suivi dans ce  cadre, les 6 sont bien guéris, mais  dans mois d’Avril/2014 on a enregistré 9  nouveaux   cas  (3 garçons et 6 filles). Qui sont  actuellement aussi suivi.

Les enfants  guéris doivent être transférés dans   le service   communautaire du centre de santé qui va accompagner leurs parents à faire le  suivie de la croissance avec la  méthode d’Information Education et Communication (I.E.C) dans leurs villages. Une fois par mois, l’enfant est ramené  au centre de santé pour voir son état de santé.

Le programme appelé « Inkongoro y’umwana » est très appréciable mais devrait être accompagné par   d’autres stratégies durables dans le temps, pour éradiquer la malnutrition en se basant principalement par la prévention (bonne nutrition, autosuffisance alimentaire,…)

LE PERSONNEL DE L’ADENYA ONT CELEBRE LA FETE DU TRAVAIL

Comme d’habitude la journée de la fête du travail est célébrée le 1 Mai de chaque année. Comme une journée férié, le personne de différentes institutions s’organise pour fêter ensemble. Au niveau de l’ADENYA cette journée a été reportée et célébrée au 10 Mai 2014. La convivialité a été précédée par la réunion élargie de tout le personnel dans laquelle, les chefs de Section et ou de projets ont présenté les réalisations de 4 Mois qui viennent d’être écoulés. Notons qu’il a été apprécié l’état d’avancement des activités.

La journée a été marquée par la convivialité ou un verre a été partage. Dans son mot de circonstance, le représentant du personnel Monsieur Ildefonse NTILISESA a salué beaucoup les efforts fournis par l’Association pour le Développement de Nyabimata ADENYA  afin de  motiver et de répondre aux besoins de son personnel.

Quant au Coordinateur d’ADENYA Monsieur Gabriël NKULIYIMANA, il a a d’abord félicité le personnel des réalisations atteintes  et a beaucoup insisté sur le renforcement de ses capacités afin de mieux  rendre service à nos groupes cibles. C’est ainsi qu’il a  donné des conseilles à tout le monde de faire en sorte que chacun des ses possibilités   fasse tous les moyens possible pour augmente le niveau d’études.  En concluant sa parole, il a exhorte le personnel de travailler en équipe afin de mieux réussir.

PPMDA: FORMATION DES BENEFICIAIRES DU PROJET ET AUTORITES DE BASE SUR LES DROITS A L’ALIMENTATION  

Dans le cadre du projet PPMDA dont l’objectif est de renforcer les capacités des ménages paysans vulnérables et leurs organisations afin qu’ils soient acteurs dans la conception, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques locales de développement agricole et de lutte contre la malnutrition, il a été réalisé une formation des autorités et bénéficiaires du projet sur les droits à l’alimentation et développement. Le groupe cible était composé par les bénéficiaires du PPMDA, les Chef des villages, les représentant du Conseil National pour les Jeunes (CNJ), les présidents des médiateurs (Abunzi), les présidents des conseil consultatifs des Secteurs (Njyanama), Les Agents des secteurs, les chargés du Développement Socio-économique au niveau des Cellules (SEDO), le Leaders d’opinion, les représentants du Conseil National pour les Femmes (CNF), les Représentants  des handicapés, les Représentants des coopératives  des Animateurs de santé communautaire. Au total, il a été formé 112 personnes dont 60 femmes et 52 hommes.

Notons que cette formation a été plus bénéfique compte tenu de la  satisfaction et des recommandations manifestées par les participants. En général, les participants ont acquis pas mal de connaissances sur les droits des populations en matière d’alimentation et de développement; les responsabilités des Etats dans le programme d’éradication de la malnutrition et de lutte contre la Faim ; le rôle de la communauté internationale sur les droits à  l’alimentation et développement, la contribution de  la population dans le processus des droits sur l’alimentation et développement ; les responsabilités et devoirs des parents  envers la nutrition des enfants, la politique Nationale de Nutrition  et stratégies multisectoriel de l’éradication de la malnutrition au Rwanda , l’alimentation de l’enfant âgé de 0 – 24 mois y compris ainsi que sur le Programme de premier 1000 Jours de la vie.

Egalement, les aspects importants de la sécurité alimentaire que sont : la disponibilité, l’Accessibilité, et la Durabilité de la nourriture ont  aussi été discutées.

ACTUALITES DU MOIS DE MARS 2014

LE CONSEIL D’ADMINISTRATION  D’ADENYA EN VISITE DU CENTRE DE SANTE DE NYABIMATA


Comme c’est stipuler dans ses responsabilités le Conseil d’Administration d’ADENYA a effectué, en date du 8 Mars 2014 une visite de suivi de l’évolution de Centre de santé de Nyabimata. Rappelons que le centre de Santé de Nyabimata est l’une des actions de l’ADENYA qui a été mise en place en 2004. Bientôt, on va célébrer  l ’anniversaire de 10 ans. Au cours de cette visite, les membres du conseil d’Administration ont reçu pas mal d’explications de la part des responsables de différents services  opérant au sein du dit centre de santé.

Au cours de cette visite, il a eu lieu une petite réunion d’échange dans laquelle, certains problèmes rencontrés par le centre, ont été évoqués et un parmi ces problèmes, lié au moyen de transport a trouvé une solution immédiate.photo 1

FERME  ECOLE : UNE MALADIE ETRANGE AU SEIN DU POULAILLER DE RUTITI 

Dans le poulailler de Rutiti, il y eu  une maladie étrange qui a attaqué pas mal de poules dont il était difficile d’identifier les cause ou l’origine afin de pouvoir les traiter. Cet au moment de la ponte que l’œuf sortait accompagner par les intestins. Pour cela, les autres  poules se précipitaient pour manger ces intestins. Au total, on a perdu 27 poules au cours du mois de Mars 2914. Les poules qui souffraient de cette maladie,  présentaient aussi les signes d’une diarrhée blanchâtre. Comme conséquences, les œufs produits, présentaient aussi des d’signes comme quoi, ils étaient attaquées. Parmi, ces signes, il y avait la fragilité et la gale. C’est ainsi que 396, œufs ont été jetés. Car on ne pouvait pas les consommer.photo 2

Différents vétérinaires ont été contactés pour pouvoir les soigner mais jusqu’à la fin du mois, on n’avait  pas encore trouvé les produits vétérinaire efficace pour traiter cette maladie. Un des vétérinaires contacté  a même fait l’autopsie en vue de déceler les  causes, mais  il n’a rien trouvé de spéciale sauf quelques vers dans les intestins. Comme solution intermédiaire, les poules attaquées ont été isolées en vue de réduire/diminuer la progression de la contamination et la mortalité. Comme conséquence, le taux de ponte  à diminué  du 75 au 50%.

 LES FEMMES BENEFICIAIRES  DU PROJET PPMDA ONT ETE FORMEES SUR LA PREVENTION DE LA MALNUTRITION

Le projet PPMDA est un Projet de Participation des Ménages au Développement Agricole et de nutrition qui vise à renforcer les capacités des ménages paysans vulnérables et leurs organisations afin qu’ils soient acteurs dans la conception, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques locales de développement agricole et de lutte contre la malnutrition.

C’est dans ce cadre qu’au cours du mois de février 2014, il a été organisé une formation des femmes à la prévention de la malnutrition. Dans la zone Ouest de Nyaruguru où opère ADENYA, cette formation a eu lieu du 5 au 7 Février. Au total, il a été formé 78 femmes dont 45 Femmes venant des groupements économiques, 30 femmes venant des structures identifiées comme partenaires du projet et 3 agents de santé maternelle.

Au niveau de chaque Secteur on avait 26 personnes. Les participants ont appris pas mal de chose se rapportant sur la prévention de la malnutrition chez l’enfant pendant les 1000 premiers jours, l’allaitement de l’enfant et la bonne manière de le nourrir pendant cette période, la préparation du repas équilibré ainsi que sur l’hygiène et assainissement. Les participants ont affirmé leur satisfaction et se sont engagés de servir comme lumière sur leurs villages respectifs.

  ELLE A PERDU SA VIRGINITE SUITE A LA VIOLENCE SEXUELLE FAITE CONTRE LUI

NYIRANSABIMANA M. Rose est  une fille orpheline de père et de mère, âgée de 30ans et habitant dans le village de Tangabo, cellule  SAMIYONGA, Secteur Muganza, District de Nyaruguru. Elle s’occupe de son petit frère et sœurs depuis la mort de tous ses parents. Ainsi, elle s’était décidé de  garder sa virginité et ne plus se marier avant que son petit frère et ses petites sœurs ne soient grandis. Malheureusement, en date du 11 Mars 2013, entre 19h00 et 20h00,  elle a reçu le message d’un certain   RUTENGURA Innocent marié et père de 2 Enfants, lui aussi habitant du village de  Tangabo, cellule de SAMIYONGA, Secteur Muganza, demandant  à la fille de bien vouloir venir prendre un tissu chez lui afin d’aller confectionner les habits de ses enfants.

La fille s’est précipitée afin de gagner du travail. Etant donné que c’était dans l’obscurité, arrivant encours de route, elle a été attaqué par un homme qui l’a violée et elle ne connaissait pas que c’était celui qui l’avait invitée. Etant donne qu’elle a été improvisée elle a essayé de demander secours mais sa voix n’a pas pu être entendue. Apres cet acte ignoble, le type s’est échappé laissant la fille tout près de la piste.

La fille est retournée à la maison et arrivant à la maison pour informer les voisins. C’est l’enfant  qui lui avait emmené le message qui a donner l’information afin d’éclairer la situation. Directement les INKERAGUTABARA se sont rendu chez pour lui demander de ce qu’il avait fait mais il n’a pas acceptée. Pour cela, ils l’ont amené à la  Police station de Muganza qui après avoir lui faire un dossier, a été transféré dans la prison central de GIKONGORO sise dans le District de NYAMAGABE.

Ce qui est étonnant c’est qu’il vient d’être le 4 de la même famille qui est condamnée suite à la violence sexuelle.

 SIX JOURS APRES SA DISPARATION, IL A ETE RETROUVE MORT.

C’est en date du 14 Mars 2014 dans l’après midi, qu’un certain SHUMBUSHA Ignace originaire de la cellule Muganza, secteur Muganza, district de Nyaruguru, qui gardait les vaches de ses parents au bord et de l’autre coté de la rivière GISWI est disparu.

Ce qui est dit c’est que, à la tombée de la nuit, le pauvre berger  a décidé de rentrer à la maison. Tout au début, il a d’abord fait traverser les vaches sans problème.

Lui aussi,  en descendant dans la rivière, celle ci a vite débordé suite à une pluie torrentielle qui avait beaucoup plu dans la partie frontalière de Nyungwe, alors que, là  où il gardait ces vaches il n’y avait plus de pluie. Etant donné qu’il ne savait pas nager, il a été emporté par cette rivière. Les vaches sont resté là durant toute la nuit et les membres de la famille qui n’étaient pas au courant de ce qui s’était passé, étaient toujours en attente. C’est après quelques heures qu’ils ont décidé d’aller à la recherche aux alentours. Vu qu’ils n’ont rien trouvé, ils ont informé les voisins afin qu’il viennent en aide.

C’est en date du 15/3/2014 très tôt le matin, qu’ils ont trouvé seulement les vaches tout près de la rivière GISWI.  Ce qui les a poussés à penser sans doute qu’il avait été emporté par la même  rivière. Ils ont parcouru tout le long de la rivière sans rien trouvé de même que le jour suivant. C’est en date du 18 Mars  que le corps a été retrouvé dans le Secteur de Cyahinda par la population  qui a informé la police. Celle ci, en collaboration avec les autorités de base, ont informé les membres du défunt Ignace afin qu’ils arrivent à l’Hôpital Universitaire de Butare où le corps avait été transféré pour vérifier. Vu que c’était la personne qu’ils avaient manquée il y avait 6 jours, ils l’ont amené à son domicile pour y être inhumé en date du 19/3/2014. Que Dieu ait son âme!

ARTICLES ET ACTUALITES DU MOIS DE FEVRIER 2014

Projet PPIMA : planification de la CMCC des Animateurs du projet PPIMA

PPIMA1Depuis trois ans, NPA (Norwegian People’s Aïds), une organisation norvégienne, est en partenariat avec  ADENYA et COPORWA dans le district de Nyaruguru dans le cadre du projet  PPIMA (Public Policy Information Monitoring and Advocacy). Le but projet est  d’encourager les organisations de la société civile Rwandaise (OSCR) et  les citoyens, afin de les aider  à s’organiser pour s’engager efficacement dans le processus de formulation et de mise en exécution des politiques nationales en vue de s’assurer que ces  dernières assurent de bon services aux Rwandais en général et aux pauvres en particulier. Au début de  chaque année, on effectue  des planifications de la Carte Modifiée Cotée par les Citoyens (CMCC). Cette activité réunie  le coordinateur des activités de  terrain au  sein du NPA, les agents de terrain de chaque organisation partenaire et  les  paysans /animateurs du projet. C’est dans ce cadre qu’ont eu lieu  du 20-21 Février 2014,  les planifications de la CMCC dans les secteurs où opère  l’ADENYA que sont : Nyabimata, Muganza,Ruheru, Munini et Busanze.Au cours de cet atelier, les participants ont d’abord échangé sur les résultats et succès de la carte modifié de l’année passée à partager avec les villages qu’ils représentent. Puis a suivi la planification  et la mise à jour de ladite CMCC pour l’exercice 2014 étape par étape. Le processus de la CMCC qui comprend 11 étapes consiste à identifier et évaluer les services rendus aux citoyens par les autorités locales, à lever les obstacles éventuels, à mettre en place des solutions et planifier conjointement les améliorations à faire.  A la fin de l’atelier, tous les partenaires se sont félicités de ce pas franchi et se sont engagés à travailler côte à côte enfin d’accomplir les tâches  qu’ils se  sont volontairement assignés.

LE CENTRE SEMENCIER  AGASE  DANS SES EFFORTS DE DEVELOPPEMENT

Toujours sous la supervision d’ADENYA, le centre semencier Agase cherche à  honorer ses  promesses « produire et diffuser des semences de haute qualité »

Apres la récolte de la saison 2014 A, elle a mis, depuis le premier Février, à la disposition des producteurs  dans ses magasins à Agase et à Ndago,  80 tonnes de semences de pommes de terre bien germées  de catégorie BASE et CERTIFIEE

Par ce que la saison B est trop courte, suite aux  moments de l’été qui peux venir précocement, nous encourageons les agriculteurs à s’approvisionner le plus tôt possible et de procéder à la  plantation avant le fin du mois  de mars.AGASE 2

Les agriculteurs qui exploitent les marais ne sont pas oubliés. Le centre leur a réservé   six variétés  à leur vendre  au mois de Mai-Juin de cette année.

La violence basée sur le genre touche aussi les hommes

D’une manière générale dans notre région les conflits entre hommes  femmes sont due principalement aux problèmes de polygamie. C’est ainsi que en date de 3 Février 2014, une dame, habitant dans le Secteur de Nyabimata, village de Rwerere allait pendant la nuit, tué son mari.

Les informations recueillies auprès des voisins disent que cette femme qui était par ailleurs la deuxième; ne voulait pas que son pauvre  mari s’occupe de sa première femme. Le mari n’avait pas l’intention d’abandonner sa première femme. Suite à ces malentendus, débute des disputes dans son nouveau foyer car la femme mettait toujours en garde son mari  disant, qu’elle va le tuer au cas où il ne respecterait pas à son souhait. C’est dans ce contexte qu’en date ci haut mentionnée, la femme est entrain en combat avec son mari, qui a finalement été affaibli par le fait que sa femme l’avait tiré de son sexe jusqu’à ce qu’il allait mourir. Heureusement,  les voisins ont entendu le bruit et se sont précipités pour secourir la victime, sinon il serait dans l’enfer.

BONNE INITIATIVE : ILS SE SONT CONSTRUIT UN PONT

Rugote, l’un des villages de la cellule Uwumusebeya, Secteur Ruheru, District de Nyaruguru était inatteignable, faute d’infrastructures routières adéquates. Dans le cadre  des activités d’accompagnent du projet PPIMA (Public Policy Information Monitoring and Advocacy),les population qui avaient identifié ce problème comme le plus épineux de leur vie quotidienne, ont décidé de trouver des solutions à leur niveau sans attendre  des interventions venant de l’extérieur. Ils décidèrent de construire un pont avec leurs moyens de bord.POINT

L’engagement ferme des uns et des autres (population locales et autorités de base), a facilité la réalisation  du projet. Les autorités de base notamment le chef de village étant confiant, elles ont commencé la sensibilisation conscientisante de toutes les populations suivies de la collecte de la cotisation de tous les citoyens. En quelques mois seulement, on est  arrivé à collecté la somme de 1.500.000 Francs.

Frappé par cette louable initiative, les autorités du district de Nyaruguru ont décidé de contribuer à cette activité dans le cadre de l’ubudehe, en leur versant la somme de 1,2 millions pour achever les travaux. Ainsi le problème de circulation des personnes et de leurs biens à t-il été résolu. Nos félicitations à tous les habitants de Rugote.

PROJET PPMDA : ESTELLE DE FDH  EN VISITE DE SUIVI SUR TERRAIN

 

Comme d’habitude, Frères des hommes, une organisation Française qui est en partenariat avec  ADENYA et DUHAMIC ADRI depuis longtemps,  effectue chaque année des visites de ses partenaires  basés dans les différents coins du monde. Dans ce cadre, depuis le 20 Février 2014, Estelle chargée de suivi des projets chez  FDH  a effectué une visite de suivi de l’état d’avancement du Projet de Promotion de la Participation des Ménages au Développement Agricole et de nutrition  (PPMDA) exécuté par les deux organisations ci haut citée sous le cofinancement de FDH, AFD (Agence Française de Développement) et l’Union Européenne. Après avoir passé en revu, les  rapports narratif et financier du projet en question ; il a été effectué des visites de terrain afin de rencontrer et d’échanger avec les bénéficiaires du projet.

PPMDA

Estelle de FDH en échanges avec les bénéficiaires du Projet PPMDA

 

Les échanges, ont porté en général sur l’appropriation des techniques apprises et adoptées par les bénéficiaires  ainsi que sur les acquis des formations sur le leadership, les techniques d’expression et  les techniques de plaidoyer. Les participants dans cette visite, ont manifesté leurs propres joies et satisfaction quant à l’apport du projet PPMDA. Ils ont apprécié cette  visite et les échanges  disant que c’était très intéressant. Quant à Estelle, elle les a félicités de leur engagement et appropriation des acquits du projet tout en les encourager à mieux servir comme exemplaire. Elle s’est également réjouie de l’état d’avancement du projet dans sa deuxième année d’activité.

DISTRIBUTION DE L’ELECTRICITE DANS LES MENANAGES PAUVRES

Le huitième   objectif  de  l’EDPRS II  ( Economic development pauverty Reduction Strageis ) prévoit que  le nombre de ménages utilisant  l’énergie électrique passera de 46% à 70%  de 2012 jusqu’ en  2017/2018.   Pour arriver à cet objectif; l’augmentation du nombre de   ménages utilisant  l’énergie électrique, est l’une des principales composantes des contrats de performances signés chaque année entre le Président de la République et les Maires des Districts.

Jusqu’aujourd’hui, l’électrification dans le District de Nyaruguru, a atteint 11%.  Dans ce cadre, le District de Nyaruguru a monté les différentes stratégies pour augmenter le taux de ménage électrifiés en vu  d’atteindre les résultats de ses contrats de performance.

La sensibilisation  et conscientisation de la population afin  d’utiliser les fonds destinés au programme UBUDEHE opérant au niveau de chaque village,  est l’une des stratégies montées. Au niveau du Secteur de Nyabimata, cette  stratégie  a été mise en application dans les villages de Rwerere et Nyabimata là où 120 ménages pauvres ont été identifiés et connectés à l’électricité.

ELCTR

Un des menages connectés sans avoir des moyens d’installation

 

Cette initiative devrait être la meilleure, mais malheureusement, il a été constaté que, un bon nombre de ménages connectés n’a pas de moyens pour payer les installations électriques dans leurs maisons afin de pouvoir  consommer de l’électricité. Partant de cette contrainte certains ménages ont résisté  devant les techniciens de BETA Construction/EWSA (Energy,Water  and Sanitation Autority) qui leurs apportaient des compteurs de l’énergie (Cash power).

Cela n’a pas aboutit, car les techniciens devraient s’acquitter de   leurs tâches. Ils ont pris la décision de fixer  ces compteurs sur toutes les maisons identifiées sans tenir compte des capacités financières  de chaque ménage.

On constate aujourd’hui que la moitié des ménages des    villages de Rwerere et de Nyabimata ayant été connecté, n’a pas encore des capacités à consommer l’électricité. Pour cela, le District devrait prendre des mesures  d’accompagnement de ces ménages pas seulement de se réjouir des installations, mais aussi à pouvoir les utiliser.

 ILS VEULENT S’ENRICHIR DE MAINS DES PLUS PAUVRES

D’après les informations récemment recueillies, la mauvaise pratique  de non paiement  à temps de la main d’œuvre employé  par différents  entrepreneurs  s’observe partout et particulièrement en milieu rural.

Les cas les plus récents, se sont produits  dans les secteurs de Nyabimata et Ruheru où l’entrepreneur qui avait  gagné le marché de construire  2  bâtiments de maternité modernes  des Centres de santé de Nyabimata et de Ruheru a programmé la remise et reprise de deux infrastructures afin  toucher son solde, et prier bagages alors qu’il avait des salaires impayés (de plusieurs phases)  envers ses  ouvriers locaux.

Ces derniers  ont fini par refuser  de remettre  les clés avant d’être payés. Voilà que cela fait déjà 2 mois qu’ils attendent le retour de leur employeur.  Cela entraine des conséquences négatives non seulement sur la personnalité de l’entrepreneur, mais aussi et surtout sur les ménages des ouvriers ayant été employés depuis plusieurs mois sans rémunération !

A noter aussi que le population rurale quand elle décide de suspendre ses activité champêtre  pour se donner à un travail salarial, c’est parce qu’elle a bon espoir de gagner un peu de sous  pouvant lui  permettre de résoudre certains problèmes familiaux tels que le minerval des enfants, les cotisations de mutuelle de santé sans oublier l’accès aux bien de première nécessité  pour le bien être de la famille.  La  laisser attendre pour des mois c’est  comme enfoncer  le couteau  sous son dos !

INAUGURATION DU NOUVEAU BUREAU DU DISTRICT DE NYARUGURU ET EXPOSITION DEUX EVENNEMENTS IMPORTANTS AYANT MARQUE LE MOIS DE BONNE GOUVERNANCE

AKARERE

 

ELLE A TENTE DE SE MARIER FORCEMENT ET ILLEGALEMENT  SANS REUSSIR

C’était en date du 20 Juin 2013 qu’une jeune fille enseignante du nom de   MUKAMAZIMPAKA Marthe qui avait entendu que son prétendu ami (NKERAMUGABA Damascène) voudrait se marier avec une autre fille a voulu faire tous moyens possible pour se marier avec lui malgré la défaite.   Il ait dit que le jeune homme avait promu a la fille, de se marier avec elle. Suite a cette promesse, la fille se privait une petite somme d’argent sur son salaire pour financer les activités de commerce du jeune garçon jusqu’à ce qu’elle a même contracté une avance sur salaire. A cette date vers 16h00’ la fille est venue voir son prétendu ami dans sa boutique afin de solliciter le mariage illégal du fait qu’elle avait entendu qu’il avait une autre fille qui voudrait se marier avec lui. Le jeune homme a dit que c’est impossible et que ca ne serait pas possible. Ainsi la fille a pris la décision de ne pas sortir de la boutique et de rester a cote de son soit disant ami.

Vu que l’affaire n’était pas une blague, le jeune homme a du appeler les autorités locales afin qu’ils viennent lui faire sortir de sa boutique. La fille a résisté disant qu’au lieu de rentrer chez sa famille elle va se suicider. Le S. Exécutif de la cellule réussi de l’amener au niveau de Secteur  pour que l’affaire soit réglée là bas. Elle a passe la nuit au bureau de Secteur et le lendemain, on a transférée à la Police Poste de Mutovu, Station de Munini. A la Police, elle a affirme qu’elle n’était pas enceinte mais qu’elle a été violée alors que des témoignages montraient  qu’il n’y a pas eu de viole.

Par après, la fille s’est rendu compte qu’elle s’était trompée,  qu’au lieu de chercher forcement l’amour, elle devrait  demander son argent. Malheureusement, elle n’avait aucune pièce justificative.

 

SUITE A LA PROSTITUTION IL A ETE RAVI DE SON TAXI.

Comme c’est toujours dit, il y en a pas mal de gens qui veulent devenir très riches sans avoir suée. Il y a quelques jours qu’on a entendu parler d’une mauvaise nouvelle d’un certain NZEYIMANA, du District de Nyaruguru, Secteur de Busanze Cellule de Kabere, qui a été ravi de son taxi de marque Hiace, suite à la prostitution!

Comment l’affaire a été réalisée?

Des informations recueillies auprès des voisins de NZEYIMANA qui, comme conduisait son propre Taxi, disent que le concerne qu’il collaborait avec une dame prostituées de la ville de Kigali. Il avait l’habitude de passer la nuit chez elle en l’absence de son mari sans y avoir amené son Taxi. Un jour, la femme lui a demandée de l’amener chez elle disant qu’il n’y avait plus de problème! Malheureusement la femme avait informé son mari. Au moment où le type se préparait à réaliser son affaire, il a été appréhendé par le chef de la famille et a été menacé à mort. Pour ne pas subir de la peine de mort, il a accepté de signer l’acte de vente de son taxi. De même, pour lui remettre son permis de conduire, il a accepté de payer également une amende de plus d’un million de francs rwandais qui a été  payé après avoir vendu son boisement. Notons que cette affaire a été réalisée au moment où, il était dit qu’il y avait aussi son collègue du même Secteur qui avait subit le même cas. Pour conclure, on dirait que si les hommes ne fassent attention, ils finiront par gaspiller tout leur patrimoine   grâce à la prostitution.

QUEL SCANDALE AU CENTRE DE NEGOCE DE RUMENERO ?

Il y a quelque jour, qu’on a entendu une histoire drôle par laquelle, un certain SEMANZI Anastase de la cellule de Ruhinga, District de Nyaruguru, Province du Sud a été scandalisé par une dame du nom de NYIRAZIBERA Annonciata Le dit scandale a eu lieu au centre de négoce de  Rumenero, Cellule de Nyabimata. Au moment ou la dame a voulu faire le grand besoin et dans l’urgence, elle n’a pas pu trouver le lieu d’aisance approprié.  Comme solution immédiate; elle s’est arrangée dans la maison en cours de construction de Monsieur SEMANZI Anastase.  Les passants qui l’ont vu, ont directement appelé le propriétaire de la maison qui a son tours a appelé les autres dames pour lui demander le pourquoi et lui donner des conseils. Ainsi, elles ont obligé à la dame d’enlever cette saleté mais elle a refusé et les a menacées. Suite a ces menaces les autres dames ont du fuir mais le propriétaire de la maison a beaucoup insiste par qu’elle enlève la dite saleté.

La dite dame, avec ses propres main a pris et a jeté sa saleté au pauvre Anastase SEMANZI et quelques boules ont tombe même sur les assistants de cet ignoble événement. L’homme a soumis l’affaire aux sages femmes et hommes et la femme, au lieu de répondre à l’invitation elle a préféré se rendre à la Police disant qu’elle a été violée. Heureusement que la Police était au courant de l’événement.  Pour régler à l’amiable le problème, les témoins avaient taxe à la dame une amande de cent mille francs rwandais (100.000Frw) avec un cruchée de bière équivalent de soixante dix mille francs rwandais (70.000Frw) mais jusqu’ à maintenant, on se demande si elle va s’en sortir.

ACTUALITES DU MOIS DE FEVRIER 2013

CONNAISSEZ-VOUS LA BOISSON DENOMMEE “UMUNYENGA”?

UMUNYENGA est une boisson locale produite à base de sorgho. Cette boisson est très connue et populaire dans les Secteurs de Muganza et Nyabimata. C’est une innovation d’Un certain NGENDAHIMANA Jean Claude surnommé TARIBANI. C’est à partir des années 2000 Qu’il a commencé à  produire et vendre ce type de boisson dans cette région.

Comment la dite boisson est-elle préparée ?

Cette bière est préparée à base de la farine de sorgho. Une fois la bouillie est prête, on y met de l‘eau afin que l’on parvienne à faire la décantation pour pouvoir séparer le liquide à fermenter et les résidus de sorgho. Pour accélérer la fermentation le producteur utilise le sucre et la levure qui est d’habitude utilisée pour la production du pain.

Tout au début il a été constaté que cette boisson très alcoolisée, entraine l’insécurité dans pas mal de familles qui la consomment suite à l’ivrognerie. Raison pour laquelle au niveau des instances de base de Secteur de Nyabimata, il a été décidé de la chasser sur les centres de négoce.  Cela n’a pas empêché les amateurs de la rejoindre sur le lieu de vente sise dans l’autre secteur, celui de Muganza où est basé le producteur de façon qu’il y en a ceux qui font plus de 5km pour y arriver. Il y en a même ceux qui préfèrent prendre la moto et ceux qui y passent toute la nuit. Compte tenu de leur fréquence, certains clients potentiels ont bénéficié des ristournes en fin d’année 2012.

Après avoir constaté les difficultés rencontrées tout le long du trajet, un de ces amateurs provenant du village de Nyarunazi, Cellule de Kabere, a de nouveau introduit ladite boisson dans le Secteur de Nyabimata tout en s’approvisionnant auprès du producteur ci-haut mentionné. Du fait qu’il la vendait chez lui, il ne croyait pas que les autorités allez le découvrir. Quelques fois après la consommation certains amateurs une fois devenus ivres, commencent à se battre jusqu’à ce qu’il y ait même ceux qui sont apportés au centre de santé pour être soignés des blessures.  Ce qui est étonnant, c’est que le prix de vente est très élevé par rapport à l’autre prix de la bière de sorgho ordinaire.  Un litre  coute 250Frw  au moment  où celui de la bière de sorgho ordinaire est de 100 ou 150Frw. Cela entraine pas mal de questionnements ;  car certains ne croient pas qu’il s’agit de la farine de sorgho  mélangée avec le sucre et la levure. Certains disent même qu’il y a peut être d’autres produits qu’on y met du fait que même ceux qui ont tente de l’imiter n’ont jamais pu réussir.

Vu les effets négatifs  de cette boisson, certains même disent qu’il s’agit d’une drogue et pour cela, les autorités de base de Secteur de Nyabimata ont de nouveau pris en considération la  décision  qui était prise il y a longtemps vis avis de cette boisson.

  TROIS RELIGIONS POUR UN SEUL ENTERREMENT

C’est en date du 17 Février 2013, que le défunt NSABIMANA Callixte originaire de Secteur Ruheru, Cellule Remera, district de Nyaruguru a rendu son âme. Il étudiait en 4ieme année à l’école secondaire de TTC MBUGA.

NSABIMANA Callixte venait d’une famille pauvre de façon que pour trouver du minerval c ‘était trop difficile. Suite à de mauvaises conditions de vie, il a fréquenté diverses religions  afin de trouver des appuis et de pouvoir suivre ses études.

Au début, il est devenu pentecôte et cela lui a permis de gagner un peu d’argent pour pouvoir payer le minerval et de trouver le matériel scolaire. En deuxième lieu il est devenu musulman et cela aussi lui a permis de trouver le financement de ses études. Arrivant à l’école secondaire de TTC MBUGA, il est devenu catholique du fait qu’il y avait une communauté assez solide ayant un cœur des choristes  dont il fut Animateur.

Trois jours avant sa mort, il est tombe malade disant qu’il avait des problèmes intestinaux. Des rumeurs disent  qu’au moment où il était a l’hôpital, une de sa famille qui venait le voir lui a donne du the et depuis lors il a commence à se sentir très mal jusqu’à ce qu’on lui a transfère a l’hôpital universitaire de Butare où il s’est rendu au seigneur.

Au niveau de l’école on a préparé tout le nécessaire pour son enterrement et son cœur de choristes était prêt à l’accompagner et lui rendre hommage. Cela a crée des zizanies entre les trois religions. Les pentecôtes ont du acheter un autre cercueil qu’ils ont finalement vendu après avoir manquée le véhicule pouvant transporter le défunt de NSABIMANA Callixte jusqu’à Remera. Les musulmans de Remera quant a eux, ont fait tous les moyens possibles pour trouver du tombeau mais finalement la direction de l’école a refusé qu’on l’enterre suivant leur culture. Ce n’est qu’après de longues zizanies que  les catholiques ont été permis de l’enterrer. Que Dieux ait son âme.